[Skip to Content]

Quand l'Œuf fait des poussins

Pendant des années, les designers danois contemporains sont restés dans l'ombre du Danish Design, c'est-à-dire d'une appellation générique dont le temps avait figé et consacré l'image. Mais voici qu'une nouvelle couvée de talents apparaît aujourd'hui dans la lumière, et que le monde s'empresse de redécouvrir le design danois

par Jeppe Villadsen

L'intérêt n'avait peut-être pas vraiment disparu, mais cela pouvait être ressenti comme tel. Le monde avait gardé son regard fixé sur le design danois classique, celui de l'époque où l'expression « Danish Modern » était sur toutes les lèvres, avec une propension à ignorer les générations de designers qui allaient lui succéder. Danish Design était devenu synonyme de fonctionnalisme et de stylisme, cris de ralliement des années 1950 et 1960, de la période où l'on pouvait baptiser une pièce de mobilier « l'Œuf », « le Cygne » ou encore « la Fourmi », ces déclinaisons de la chaise et du fauteuil modernes proposées par l'architecte visionnaire Arne Jacobsen. Car c'est tout particulièrement dans la conception de meubles que le Danish Design s'était fait un nom, avec un succès tel que, pendant plusieurs années, les nouveaux-venus allaient rester confinés dans l'ombre de leurs prédécesseurs et maîtres. Or, la donne a changé.

Un design nouvelle génération, Made in Denmark, est récemment et progressivement apparu sur le devant de la scène internationale, fort de son désir d'expérimentation et de remise en question d'une conception des choses qui avait fini par devenir trop consensuelle.

 

The eggLe design danois classique de la période faste du « Danish Modern » figure toujours sur les listes des meilleures ventes. Ici, le légendaire fauteuil d'Arne Jacobsen, « l'Œuf » au catalogue du fabricant Republic of Fritz Hansen

 

Une sobriété sûre de son trait

La force du design danois repose dans la fermeté de sa démarche, loin de la redondance et de la surinterprétation. Une approche toute en retenue, mais débordante de conviction et de confiance en soi. Ce style rarement clinquant ni théâtral convient bien à ces temps d'après crise financière, de prise de conscience des enjeux environnementaux, de frugalité et de révision à la baisse de la consommation. C'est un design qui, par sa simplicité et aussi, caractéristique rare et particulière, sa résistance au temps, a intégré le concept de durabilité bien avant que celui-ci ne devienne à la mode.

 « La force des designers danois réside dans leur passion pour les matériaux naturels, la qualité de la facture, le souci de l'ergonomie. Stelton et Eva Trio, par exemple, sont d'excellentes marques universellement connues comme telles », dit Arturo dell’Acqua Belavitis, directeur de la faculté de design de Milan et connaisseur enthousiaste des traditions danoises et italiennes.

« Au Danemark, le design est une noble tradition qui remonte au milieu du siècle dernier. Les écoles de design y sont excellentes et vos jeunes designers s'y bousculent et rivalisent de talent. C'est dans votre ADN et votre éducation de concevoir villes, meubles et autres produits. Bref, le design danois bénéficie d'une fantastique réputation, et il était grand temps qu'il soit représenté au Design Show de Milan », poursuit Arturo dell’Acqua, qui pense que le Danemark n'est pas assez volontariste dans la promotion de ses designers à l'étranger. Avant de conclure :

« On distingue derrière tout cela la dimension sociale d'une approche qui prend en compte de nombreux types de population différents, une approche fondée sur le fait que le Danemark est une société très égalitaire ».

Bau Large

Bau est une lampe sculpturale créée par Vibeke Fonnesberg Schmidt. Bau est une suspension très expressive où couleurs, composition et formes géométriques s'allient dans un design original et inventif.