[Skip to Content]

bjarke ingels

Comment éviter de pratiquer une architecture qui ne soit « ni naïvement utopique ni d'un pragmatisme pétrifiant » ? Telle est, selon le Danois Bjarke Ingels (né en 1974), la problématique majeure pour l'architecte d'aujourd'hui

Bjarke Ingels 

La solution, pour Ingels, est à chercher dans « une approche pragmatique de l'architecture utopique qui ait concrètement pour objectif la création de cadres de vie socialement, économiquement et environnementalement parfaits ».

Qui aurait pu prévoir que Bjarke Ingels deviendrait devenu un des meilleurs jeunes architectes mondiaux alors que son seul rêve, pendant longtemps, fut de devenir dessinateur de BD, et qu'il ne s'est inscrit à l'Ecole royale d'architecture de Copenhague que parce que les études faisaient une grande part à la pratique du dessin.

« J'étais absolument ignare en architecture et ne connaissais le nom que d'un seul architecte, Jørgen Utzon en l'occurrence, j'étais totalement novice », dit Ingels de ses débuts dans la discipline. Puis il a eu la bonne fortune de travailler avec le célèbre architecte néerlandais Rem Koolhaas avant de créer son premier cabinet, PLOT, avec son partenaire Julian de Smedt.

De multiples récompenses

Aujourd'hui, son cabinet d'architectes BIG (Bjarke Ingels Group) engrange succès sur succès avec des projets innovants, remportant des concours partout dans le monde, et la liste des récompenses décernées à Bjarke Ingels s'allonge à un rythme soutenu. Parmi ses réalisations les plus célèbres, il faut citer l'ensemble mixte d'habitation 8 House ainsi que The Mountain, plusieurs fois récompensées, notamment par le prix Housing Award du Festival international d'architecture.

Quand il ne dirige pas les travaux de son équipe, Bjarke Ingels occupe une chaire de professeur associé à Harvard ainsi qu'à l'Académie royale des beaux-arts du Danemark.