[Skip to Content]

23 juin - Veillée de la Saint-Jean

L'anniversaire de la naissance de Saint Jean-Baptiste, la veille de la Saint-Jean, compte maintenant parmi les fêtes annuelles les plus populaires que l'on célèbre en famille ou avec des amis en dînant ensemble.

S'il fait beau, on se rassemble ensuite autour du feu du quartier pour écouter le discours prononcé par un élu local ou par une célébrité, s'il s'agit d'une véritable cérémonie. Tout le monde chante alors en chœur la chanson «Midsommervise» (Chanson du mitan de l’été) (1885) du poète Holger Drachmann qui célèbre la Saint-Jean et le milieu de l'été, symbole des nuits claires de l'été nordique et de la conception idyllique de la vie rurale qu'avaient les artistes du romantisme nationaliste. À 22 heures environ (c'est-à-dire à la nuit tombante), on allume enfin le feu de la Saint-Jean, un bûcher sur lequel est campée une sorcière de pacotille.

Bien que le solstice d'été ait lieu le 21 juin, la nuit de la Saint-Jean est considérée comme la fête du milieu de l'été par excellence, la nuit la plus courte de toute l'année. Selon les légendes populaires, elle avait un pouvoir spécial et donnait libre cours aux forces du mal, matérialisées par les sorcières que l'on voyait voler sur leur balai pour rejoindre le Blocksberg. Pour les éloigner, on allumait surtout des feux sur les collines les plus élevées. La tradition de mettre au sommet du bûcher une sorcière en paille ou en carton vêtue de guenilles, ne date que du XXe siècle.