[Skip to Content]

Le drapeau national

Le nom du drapeau danois, Dannebrog, qui signifie «le drapeau des Danois» ou «drapeau rouge», apparaît pour la première fois dans un texte danois en 1478 et un siècle plus tôt dans un texte néerlandais. Les armoiries de Valdemar IV Atterdag figurent dans un armorial néerlandais (Gelre) datant de 1370-1386, sous la forme d'un drapeau rouge à croix blanche

Danish Flag

L’histoire et la légende du drapeau

La légende veut que le Dannebrog soit tombé du ciel pendant une bataille livrée en Estonie ; cette légende est relatée dans la chronique danoise de Christiern Pedersen, qui date du début des années 1520 et par un moine franciscain du nom de Peder Olsen, vers 1527.

Ce dernier fait remonter le miracle à une bataille livrée en 1219 ; la tradition veut que le drapeau soit apparu à Lyndanisse, le 15 juin 1219. Cette légende a probablement pris corps vers 1500, l'idée s'étant répandue que la bannière perdue par le roi Hans lors d'une défaite dans le Ditmarsk, au nord de l'Allemagne, en 1500 était précisément ce Dannebrog tombé du ciel.

Frederik II reconquit la bannière du roi Hans en 1559 et la fit accrocher dans la cathédrale du Schleswig, au nord de l'Allemagne actuelle. Une chanson datant de l'expédition de 1500 relie la bannière ornée d'une croix à l'empereur de Rome, Constantin, qui rêva de la croix en 312, avant la bataille qui fit de lui le souverain unique de l'Empire romain et qui, selon la tradition, le convertit au christianisme.

Cette vision de la croix, à laquelle se rapportent les mots in hoc signo vinces (sous ce signe, tu vaincras) est le prototype des apparitions miraculeuses d'une croix dans le ciel, que les habitants de la péninsule ibérique, en particulier, rattachaient aux batailles que se livraient les chrétiens et les infidèles.

La croix du Dannebrog

L'Ordre portugais du Christ, qui fut fondé en 1318 au cours d'une croisade contre les Maures, portait une croix blanche pattée bordée de rouge et la pièce d'or portugaise appelée le portugalais reproduisait la croix du Christ et les mots in hoc signo vinces.

A partir de 1591, Christian IV fit frapper des monnaies danoises portant une croix similaire qui fut bientôt considérée comme celle du Dannebrog. En 1603, on y ajouta la maxime de Constantin citée par Arild Huitfeldt dans sa chronique où figure aussi la comparaison de la vision de Constantin et de la légende du Dannebrog tombé du ciel.

Drapeaux spéciaux

Le Dannebrog fut le principal drapeau des Danois pendant des combats qu'ils menèrent en Suède au XVe s. Après 1625, l'insigne du Dannebrog, de forme parfois pattée, figurait sur le champ supérieur interne des drapeaux de l'armée. Les corps d'armée les plus nobles portaient uniquement le Dannebrog.

Depuis 1842, toutes les unités de l'armée utilisent le Dannebrog avec une croix pattée, à l'inverse de la croix du drapeau national et du pavillon de la marine, sur lequel la croix continua d'avoir des côtés rectilignes.

Le pavillon d'un navire portant les armoiries d'Erik VII de Poméranie, avec la croix blanche du Dannebrog, saisi comme butin de guerre en 1427, fut placé dans l'église Sainte-Marie de Lübeck, au nord de l'Allemagne. On sait avec certitude que le Dannebrog est le pavillon des vaisseaux danois depuis les années 1580.

Un décret de 1630 permet de déduire que le pavillon à deux pointes était réservé à la flotte de guerre et qu'en 1635, il fut formellement interdit aux navires marchands de battre le pavillon à deux pointes. C'est en 1696 que furent préscrites les proportions du Dannebrog qui, dans l'ensemble, sont toujours en vigueur.

Les pouvoirs publics se sont accoutumés à pavoiser aussi sur la terre ferme avec le pavillon à deux pointes. En 1748, il fut définitivement décidé que le pavillon des navires marchands serait carré. En règle générale, le pavillon à deux pointes est réservé à la famille royale et à l'Etat, les particuliers devant utiliser le drapeau carré.

Le drapeau royal

Depuis 1731, le drapeau royal porte les armoiries royales en son centre et des drapeaux distinctifs similaires ont aussi été adoptés pour d'autres membres de la famille royale. Les bâtiments de la Marine et les avions de la Défense hissent le drapeau de la famille royale lorsqu’un membre de la famille royale se trouve à bord.

Le prince Henrik, le prince héritier et les membres de la famille royale en général ont un drapeau distinctif. Comme le drapeau du souverain et celui du régent, tous ces drapeaux sont hissés au lieu de résidence des membres de la famille royale en question.

Le drapeau du souverain, celui du régent, un drapeau spécial pour le ministre de la Défense (c'est-à-dire le ministre de la Marine) et le pavillon des amiraux sont hissés en signe de commandement sur les bâtiments de la Marine lorsque le commandant en question est à bord.

Au fil des années, des lettres ou des insignes spéciaux ont été ajoutés dans le champ supérieur interne du Dannebrog. Certaines institutions privées utilisent le Dannebrog en y ajoutant une marque du même genre et se servent dans certains cas du pavillon à deux pointes. Le pavillon de la Marine est rouge foncé ou rouge sombre tandis que le drapeau national est d’un rouge franc.

En 1833, il fut interdit aux particuliers de pavoiser et cette interdiction ne fut levée qu'en 1854. Au cours des années où le nationalisme était le plus vif, de 1848 à 1850, les Danois hissaient très souvent le Dannebrog. Ils continuent de pavoiser dans leur jardin, dans les jardins ouvriers, par exemple, pour célébrer des fêtes de famille ou des fêtes officielles et ils décorent l'arbre de Noël avec des guirlandes de petits drapeaux danois.

Jours où l'on pavoise au Danemark

Au Danemark, les pouvoirs publics et les particuliers pavoisent traditionnellement à certaines dates.

En 1886, le Ministère de la Guerre imposa aux établissements militaires de pavoiser pour célébrer l'anniversaire de treize personnes de la famille royale données, l'anniversaire de la signature de la Constitution du 5 juin 1849 ainsi qu'à sept dates commémoratives de batailles militaires.

En 1913, le Ministère de la Marine publia sa propre liste des jours pavoisés, valables pour les forces navales. A l'obligation de pavoiser concernant des personnes de la famille royale et une série de batailles navales, cette ordonnance ajoutait celle de pavoiser pour célébrer les fêtes liturgiques. En 1922-1923, les deux ministères ajoutèrent à leur liste en particulier le jour de Valdemar, le 15 juin.

La cour publie de temps à autre la liste des personnes de la famille royale pour lesquelles il faut pavoiser. Peu à peu, de nombreux particuliers ont adopté les jours pavoisés militaires.

Mises à part les ordonnances militaires, du point de vue protocolaire, seuls les jours anniversaires des personnes de la famille royale sont des jours pavoisés valables pour tous les pouvoirs publics, puisqu'aucun décret n'a jamais été publié concernant les autres jours pavoisés comme par ex. le 9 avril et le 5 mai.

Quel qu'en soit le fondement officiel, les jours pavoisés sont respectés par les pouvoirs publics et par de nombreux particuliers.

Hans Christian Bjerg